Professionnels du tourisme


Maison Jules Laroze - Vins & Spiritueux

La Maison Jules Laroze sélectionne et met en avant des propriétaires-récoltants de l'ensemble des régions viticoles françaises. Un principe [...]

En savoir plus...


Restaurant LA GRANGE

Situé à Torchefelon, à quelques minutes de La-Tour-du Pin, Le restaurant La Grange vous reçoit six jours sur sept pour un rendez-vous à ne [...]

En savoir plus...

Votre publicité ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à la newsletter

Cliquez ici


Accueil

Manifestation / Evénement


<< Retour aux manifestations

Mâcon - Spectacles
Le Théâtre, Scène nationale de Mâcon

Du 18/05/2018 au 18/05/2018


Le Corps / Ballet National de Marseille - Emio Greco et Pieter C. Scholten

Danse dès 8 ans A 20H30 Durée 1h20 (entracte inclus) De 8 à 28€ Comment faire du ballet classique une aire de jeu, ou plutôt un champ de bataille ? Animés par cette question, Emio Greco et Pieter C. Scholten ne cessent d'interroger les limites de la danse classique. Passé et présent se frottent et se heurtent dans Le Corps du Ballet National de Marseille , première pièce créée après leur prise de fonction en tant que directeurs du Ballet créé par Roland Petit. La pièce est une ode à la formation à la danse ; tout cela sous-tendu par la compréhension du ballet comme un corps, en assumant complètement les assises et l'héritage. Vingt-deux danseurs sont investis dans une défense et illustration des potentiels de la danse. Cela s'expose, en long, en large et en travers, avec une abondance toute gourmande de lignes, d'arabesques, de motifs jusqu'à l'étourdissement. Pointes et offrandes de bras. Unissons et morceaux de bravoure. La pièce fourmille de citations chorégraphiques de l'histoire du Ballet national de Marseille, de Casse Noisette aux hits mémorables de Roland Petit. Certains moments sont dansés sur un collage de dizaines d'interprétations différentes de l'hymne national français qu'on est ballet national ou on ne l'est pas ! Des Marseillaises façon choeur de l'armée ou chaloupées par Gainsbourg, au beau milieu d'une bande son de films historiques ou de Mireille Mathieu émaillée de rap marseillais!. Les danseurs jetés à corps perdu dans la lutte pour exister collectivement et individuellement sont frénétiquement applaudis à la fin de l'épreuve.

Remonter